Nos projets

Les citoyens face à la crise migratoire

Welcome Refugees

Très préoccupée par la crise actuelle, l’AEIDL cherche à identifier et promouvoir les initiatives locales et citoyennes en faveur des migrants. Elle a également lancé une réflexion sur la façon dont les politiques européennes, nationales ou régionales pourraient faciliter l'intégration et l'autonomisation des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile.

Le spectacle affligeant de tous ces gens qui fuient la guerre, la persécution, la pauvreté ou l'impact du changement climatique pour trouver refuge dans les pays sûrs, sans conflit, de l’Union européenne, a laissé des images indélébiles dans nos esprits.

Les réactions à cette migration massive de populations venues du Moyen-Orient (Syrie, Irak), d'Afrique et d’Asie (Afghanistan) sont diverses pour ne pas dire antagonistes: elles oscillent entre la criminalisation des migrants et une profonde compassion de la part des gens «ordinaires», d’autant plus que pour certains Européens âgés, la situation des demandeurs d’asile évoque le souvenir traumatisant de leur propre expérience personnelle ou familiale.

L’arrivée de millions de migrants et réfugiés pose un énorme défi à l'Union européenne. On le constate en premier lieu dans la difficulté qu’ont les pays européens de s’entendre sur une politique commune d’accueil et le respect de l'application de la convention de Schengen sur la libre circulation des personnes.

Très concernée par la crise des migrants, l’AEIDL cherche à identifier et promouvoir les initiatives locales et citoyennes dans ce domaine. Elle a également lancé une réflexion sur la façon dont les politiques européennes, nationales ou régionales pourraient faciliter l'intégration et l'autonomisation des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile.

Emaüs

Afin d’interpeller l'opinion publique sur les morts de migrants en Méditerranée et défendre le principe de libre-circulation, un groupe de 43 compagnons d'Emmaüs a traversé à la nage ou en kayak le détroit de Gibraltar. Plusieurs d'entre eux avaient déjà vécu cette traversée en tant que migrants.

TOP