Nos projets

Emploi, activité, égalité, citoyenneté … Le développement pour tous

L'AEIDL veut contribuer à ce que les citoyens puissent activement participer à la construction d’une Europe démocratique et ouverte au monde, unie dans sa diversité culturelle et s’enrichissant de cette diversité.

Née dans le cadre d'ELISE, réseau européen sur les initiatives locales d'emploi, l'AEIDL est régulièrement impliquée dans des programmes, projets ou missions touchant - directement ou indirectement - l'emploi, la création d’activité, l’insertion socioprofessionnelle, l’égalité des chances et la citoyenneté.

La création d'entreprise en milieu urbain ou rural, l'adaptation ou la professionnalisation d'activités, la diffusion de nouvelles technologies ou de nouvelles organisations du travail, les interventions en faveur de l'emploi des jeunes, des femmes, des migrants et d'autres groupes fragiles sont autant de thématiques qui nous sont familières.

De même, nous sommes régulièrement engagés dans des projets visant à rapprocher l’Europe de ses citoyens, à encourager l’interaction entre les citoyens et les organisations de la société civile et à favoriser le dialogue interculturel.

  • Financement: Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes (EIGE)
  • Durée: 2020-2021

L'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes (EIGE) a contracté l'AEIDL pour sensibiliser les institutions et les acheteurs publics sur la manière de promouvoir l'égalité entre les sexes dans les passations de marchés.

La promotion de l'égalité des sexes est l'un des objectifs de l'Union européenne: il s'agit de favoriser une indépendance économique égale pour les femmes et les hommes, de combler l'écart de rémunération entre les sexes, de faire progresser l'équilibre hommes-femmes dans la prise de décision, de mettre fin aux violences fondées sur le sexe et de promouvoir l'égalité des sexes au-delà de l'UE.

Le projet GRPP (Gender-Responsive Public Procurement) comporte les tâches suivantes 

  • Cartographier, identifier, sélectionner et développer des cas de bonnes pratiques de GRPP dans l'UE;
  • Détecter les obstacles au renforcement de l'intégration de la dimension de genre dans les procédures de passation de marchés publics et élaborer des recommandations pour les surmonter;
  • Élaborer une boîte à outils pratique pour renforcer la capacité des acheteurs publics à mettre en œuvre le GRPP étape par étape;
  • Tester cette boîte à outils dans le cadre d'une réunion d'une journée sur le développement des compétences avec un échantillon de membres du personnel de l'EIGE, d'acheteurs publics européens et nationaux et d’autres parties prenantes;
  • Développer des produits de communication pour présenter les résultats du projet à un large public.  
logo epic
  • Financement: Fonds Asile, Migration et Intégration (AMIF)
  • Durée: 2020-2021

Visiter le site web

 

Le projet EPIC (European Platform of Integrating Cities) vise à améliorer l'intégration des migrants au niveau local en créant un réseau européen de collectivités locales (CL) et de leurs partenaires de mise en œuvre (ONG).

EPIC permettra (1) de partager les connaissances et les meilleures pratiques en matière d'intégration des migrants, (2) d'engager des échanges entre pairs sur la base de priorités communes et d'expertises différentes, (3) de mettre en œuvre des pratiques d'intégration efficaces dans les quartiers, et (4) de développer des capacités pour contrer les récits négatifs sur l’immigration.

Les collectivités locales et les ONG du projet EPIC contribueront à gérer plus efficacement l'intégration des immigrés grâce à un réseau européen permanent et durable pour l'échange de bonnes pratiques en matière d'intégration des migrants au-delà du projet EPIC.

Pendant les trois années du projet, l'EPIC mènera les activités suivantes:

RECHERCHE sur les services d'intégration des migrants dans chaque territoire du projet par le biais d'enquêtes, d'entretiens, de groupes de discussion et de recherches documentaires;

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS pour assurer le transfert d'expertise sur les pratiques d'intégration entre les autorités locales et les associations par le biais d'activités de jumelage job shadowing»);

8 PROJETS PILOTES pour répondre aux besoins concrets de chaque collectivité locale en testant de nouveaux services d'intégration au niveau local;

MISE EN RESEAU ET HARMONISATION DES POLITIQUES pour favoriser le dialogue entre les principales parties prenantes aux niveaux local et européen et aboutir à l'émergence de politiques communes;

COMMUNICATION pour rendre plus positives les informations sur l’immigration et lancer des campagnes de contre-récits.

Coordonné par l'Association européenne pour la démocratie locale (ALDA), le projet EPIC implique des partenaires provenant de 10 pays: Belgique (Bruxelles), Croatie (Sisak), France (Strasbourg), Allemagne (Oberhausen), Grèce (Ioannina et Thessalonique), Italie (Brescia et Sardaigne), Pologne (Gdansk), Portugal (Lisbonne), Espagne (Alcorcon), et Royaume-Uni (Londres). 

L'AEIDL est un partenaire transversal chargé de la stratégie de communication et de la diffusion du projet. Ses tâches comprennent un site internet, le lancement de campagnes locales visant à vaincre les stéréotypes et les idées fausses sur les migrants, l'organisation de webinaires thématiques ou encore la production de matériel audiovisuel: vidéos, infographies, etc.

 


  • Commanditaire: Commission européenne (DG Marché intérieur, Industrie, Entrepreneuriat et PME)
  • Financement: DG Marché intérieur, Industrie, Entrepreneuriat et PME
  • Partenaires: Microfinance Centre (PL), Centre for Social Innovation (AT), Oxfam (IT), SPARK (NL), Adecco Training (IT), Université des Sciences appliquées de La Haye (NL)
  • Durée: 2019-2021

Mettre au point une approche innovante et créer l'écosystème approprié pour soutenir l'esprit d'entreprise des jeunes migrants en conjuguant éducation et formation, mentorat et accès au financement, est l'objectif du projet YMCB (Young Migrants Capacity Building) que pilote l’AEIDL.

Les faits montrent qu’un migrants est plus susceptible de créer une entreprise qu’une personne née dans le pays (OCDE, Perspectives des migrations internationales, 2011). Pour de nombreux migrants, qu’ils soient peu ou très qualifiés, l'esprit d'entreprise est une stratégie visant à surmonter les obstacles à l'intégration professionnelle et à l’ascension sociale.

A la tête d’un consortium de sept partenaires, l'AEIDL a lancé en janvier 2019 la mise en œuvre du projet YMCB pour le renforcement des capacités entrepreneuriales des jeunes migrants, financé par la DG Marché intérieur, Industrie, Entrepreneuriat et PME.

Le projet vise à créer un programme d'action coordonné qui permette aux jeunes migrants de développer leur propre entreprise en s'appuyant sur les connaissances entrepreneuriales acquises au cours d’un parcours d'éducation et de formation, de mentorat, de mise en réseau et d'accès au financement.

L'approche sera testée dans quatre territoires - Vienne (Autriche), Bruxelles (Belgique), Florence (Italie) et les Pays-Bas - avant d’être étendue et reproduite ailleurs. En outre, une communauté de pratique des jeunes entrepreneurs migrants sera développée et renforcée dans le cadre du projet. Elle permettra aux partenaires et organisations travaillant avec les jeunes migrants et autres groupes cibles d'échanger leurs expériences et leçons apprises, d'améliorer leurs connaissances et de partager leurs bonnes pratiques.

YMCB rassemble sept partenaires travaillant activement dans les domaines de l'entreprenariat des migrants et de l'incubation d'entreprises sociales pour les jeunes, à savoir: l’AEIDL, le Centre de microfinance (Pologne), le Centre pour l'innovation sociale (Autriche), Oxfam (Italie), SPARK (Pays-Bas), Adecco Formation (Italie) et l’Université des Sciences appliquées de La Haye (Pays-Bas).

 logo
  • Financement: Asylum, Migration and Integration Fund (AMIF)
  • Partenaires: 15 organisations locales de 12 Etats membres et 5 partenaires de niveau européen
  • Durée: 2019-2022
 

L'AEIDL coordonne la coopération entre 15 organisations impliquées dans MAX (Maximizing Migrants' Contribution to Society), un projet européen qui vise à changer les attitudes du grand public à l'égard des migrants, non seulement en cherchant à le convaincre rationnellement sur la base de faits et de chiffres, mais aussi en agissant sur l'émotion à travers les récits d’histoires personnelles et des rencontres en face à face entre citoyens d’origine et nouveaux venus.

Financé par le Fonds pour l'asile, la migration et l'intégration (AMIF), MAX rassemble 20 partenaires: 15 organisations locales de 12 États membres de l'Union (BE, CZ, DE, EE, EL, ES, FR, SI, IT, NL, PL et SE) et cinq partenaires de niveau européen.

Il s’agit de renforcer, par des moyens et des techniques novateurs, le tissu existant de réseaux et d'acteurs impliqués dans la diffusion d’une image plus juste et plus précise des migrants, en mettant l'accent sur la contribution qu'ils apportent à la société et en fournissant les outils et approches nécessaires, d'une manière flexible qui peut évoluer avec le temps selon les besoins.

L'AEIDL pilotera et soutiendra 15 organisations partenaires locales qui cherchent à favoriser les liens entre migrants et citoyens à travers des forums locaux. Il s'agit de mettre en relation ressortissants de pays tiers, populations locales, administrations publiques, organisations impliquées dans l'intégration des migrants, journaux locaux et autres parties prenantes pour travailler ensemble à surmonter stéréotypes et idées fausses et analyser la contribution positive des migrants à la société européenne en se basant sur des faits concrets.

Un prix sera organisé pour récompenser les réalisations des migrants et des citoyens locaux dans divers domaines.

Rechercher les moyens de faire évoluer l'opinion publique en matière de migration, concevoir et mettre en œuvre des approches et outils durables, et élaborer un cadre pour sensibiliser les journalistes aux réalités de l’immigration sont les principaux axes du projet, qui trouve son inspiration dans l’innovation sociale et le «journalisme de solutions».

Cette page est en cours de traduction. Pour la lire en Anglais, cliquez ici

TOP