Nouvelles

(26 novembre 2020) - Hasard de l’actualité, deux médias espagnols ont interviewé deux experts de l’AEIDL. El Diario Montañés (Santander) a interrogé Enrique Nieto sur la question des «territoires intelligents». El Comercio (Asturies) publie quant à lui une interview d’Yves Champetier sur la revitalisation des zones rurales.

Enrique Nieto
© El Diario Montañés / Pegados a la Tierra

Pour Enrique Nieto dans El Diario Montañés (23/11/20), il est essentiel de soutenir la création d'écosystèmes d'innovation territoriale qui contribuent à renforcer l'approche ascendante du développement en la reliant plus étroitement aux sources et acteurs de la connaissance et de l'innovation tels que les universités, les entreprises, les centres technologiques, les ONG, etc.

Il existe déjà un outil qui soutient ces écosystèmes d'innovation dans le secteur agricole: les Partenariats européens pour l'innovation (PEI-AGRI) financés avec succès par le FEADER et par Horizon 2020. Cette expérience devrait inspirer la création d'une approche similaire mais appliquée à l’ensemble du développement rural.

Pour Yves Champetier dans Pegados a la Tierra, supplément rural du quotidien El Comercio (24/11/20), la crise de la COVID-19 accentue les difficultés des territoires ruraux mais ouvre de nouvelles opportunités. Il existe de nombreuses initiatives individuelles et collectives pour en sortir.

Toutefois, pour qu’elles aient un impact significatif, ces initiatives doivent être coordonnées en mettant autour de la table les autorités locales, les entrepreneurs et les citoyens, et faire en sorte que les solutions proposées fonctionnent ensemble. «Les politiques de subventions ne sont valables qu'à court terme. Pour bien faire, il faut construire progressivement une vision globale sur l’avenir du territoire, et que les initiatives de chacun des acteurs puissent s'additionner, se conforter mutuellement, produire des effets ‘boule de neige’.»

Enrique Nieto (ES)

 

Yves Champetier (ES)

TOP