Nouvelles

(01 mars 2019) - Une des solutions expérimentées pour contrer le dépeuplement accéléré du milieu rural espagnol est de favoriser l'installation d’immigrés étrangers dans les zones dépeuplées afin de revitaliser ces territoires, tout en améliorant les conditions de vie de ceux qui s'y installent. María Coto Sauras analyse les initiatives en cours et en tire certains enseignements à prendre en compte dans les interventions futures.

Immigrants
© Cepaim

Parmi ces différentes initiatives, le programme «Nuevos Senderos» (Nouveaux Sentiers) de la fondation Cepaim se distingue par son approche intégrée qui combine l’identification et la sensibilisation des communes d'accueil avec la préparation des familles candidates à l’installation, un processus long et complexe qui vise à assurer le plus possible une intégration réussie.

Il reste que l'intégration d’immigrés dans les zones rurales doit être conçue comme un élément de plus dans la recherche de solutions pour faire face au phénomène du dépeuplement mais en aucun cas comme la solution unique possible.

Avant ou en plus d'encourager l'arrivée de nouveaux habitants, il importe de créer les conditions pour que la population autochtone veuille rester, voire même pour que certains de ceux qui sont partis souhaitent revenir.

Lire l'article

 

Article original (ES)

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.