Nouvelles

(27 octobre 2017) - Il y a quelques semaines se sont réunis dans l'Alentejo (Portugal) une vingtaine de personnes ayant une longue expérience de l'approche LEADER et du développement territorial. Le «groupe CARMEN» propose un certain nombre de principes et de mécanismes qui permettraient de remettre les citoyens et l’initiative locale au centre du projet européen.

CARMEN

Depuis environ trois décennies, l'Europe a expérimenté un certain nombre d'initiatives très réussies qui fournissent aux populations locales des moyens et des outils pour explorer de nouvelles solutions aux défis auxquels elles sont confrontées.

LEADER en est un bon exemple. Au cours des 25 dernières années, cette initiative a évolué vers ce qu’on appelle maintenant le «développement local mené par les acteurs locaux». Aujourd'hui, plus de 3000 groupes locaux impliquant chacun des centaines de personnes conçoivent et mettent en œuvre une stratégie qui leur est propre.

Un autre exemple est ERASMUS qui, de manière décentralisée, a permis à plus de trois millions de jeunes de cultiver un sentiment d'identité européenne en leur permettant d'explorer et de s’approprier eux-mêmes la diversité de la culture européenne.

Quelles leçons tirer de ces initiatives? Peuvent-elles aider à repenser les politiques pouvant reconnecter l'Europe à ses citoyens et relever les défis émergents auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui? Telles sont les questions que s’est posé le groupe CARMEN, qui compte un certain nombre de participants étant ou ayant été fortement impliqués au sein de l’AEIDL.

Lire la proposition

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.