Nouvelles

(17 février 2021) - Près de 46% du territoire espagnol a perdu plus de la moitié de sa population depuis 1950 et donc un pouvoir économique considérable, révèle une nouvelle étude du groupe de réflexion espagnol Funcas.

Espana
© OLMO CALVO

Selon l’étude, cette lourde perte de population a durement touché 23 provinces espagnoles dans «l'Espagne du vide» («España vaciada»), composée principalement de zones rurales mais aussi de villes de taille moyenne.

L'impact économique et démographique le plus grave s'est produit entre les années 1950 et 1980. «Depuis 1991, une stabilisation de la population a été détectée avec une légère augmentation dans la première décennie de ce siècle», selon l'étude.

Le dépeuplement est particulièrement grave dans neuf provinces espagnoles: Castille et Léon, trois régions d'Aragon, deux d'Estrémadure, quatre de Castille-La Manche (Albacete, Ciudad Real, Cuenca, Guadalajara), deux de Galice (Lugo et Ourense), deux d'Andalousie (Cordoue et Jaén), ainsi que La Rioja.

Depuis 1950, le taux de croissance annuel cumulé du PIB est inférieur d'un point à la moyenne nationale dans sept de ces provinces (Soria, Avila, Cuenca, Zamora, Palencia, Segovia et Ourense) et d'un demi-point dans sept autres (Salamanque, Leon, Lugo, Badajoz, Huesca, Teruel et Ciudad Real). (EurActiv)

En savoir plus (EN)

TOP