Nouvelles

(10 juillet 2019) - Au 1er janvier 2019, la population de l'Union européenne était estimée à près de 513,5 millions, contre 512,4 millions au 1er janvier 2018. La variation démographique (positive, avec +1,1 million d'habitants) est due à la migration nette.

Eurostat
© Eurostat

Avec 83 millions de résidents (soit 16,2% de la population totale de l'UE), l'Allemagne est l'État membre de l'UE le plus peuplé, devant la France (67 millions, soit 13,1%), le Royaume-Uni (66,6 millions, soit 13,0%), l'Italie (60,4 millions, soit 11,8%), l'Espagne (46,9 millions, soit 9,1%) et la Pologne (38 millions, soit 7,4%).

La plus forte croissance démographique a été observée à Malte (+36,8 pour 1 000 résidents), devant le Luxembourg (+19,6‰), l'Irlande (+15,2‰) et Chypre (+13,4‰), la Suède (+10,8‰), la Slovénie (+6,8‰), la Belgique (+6,1‰), l’Espagne et les Pays-Bas (+5,9‰ chacun) et les Royaume-Uni (+5,6‰). À l'opposé, la plus forte baisse de la population a été enregistrée en Lettonie (-7,5‰), suivie par la Bulgarie et la Croatie (-7,1‰ chacune), la Roumanie (-6,6‰) et la Lituanie (5,3‰).

L'Irlande (avec un taux d'accroissement naturel de sa population de +6,1‰) restait en 2018 l'État membre où le nombre de naissances a le plus largement dépassé le nombre de décès, devant Chypre (+4,1‰), le Luxembourg (+3,2‰), la Suède (+2,3‰), la France (+2,2‰), le Royaume-Uni (+1,7‰) et Malte (+1,6‰).

En savoir plus

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.