Nouvelles

(26 avril 2012) - Un an après les révolutions arabes, le think tank Notre Europe cherche à évaluer dans quelle mesure les politiques de l’UE ont changé et si la révision de la Politique européenne de voisinage apporte un cadre adapté pour l’action de l’UE dans une région en rapide évolution.

L’auteur, Timo Behr, estime que malgré certains changements positifs introduits par l’UE, cette révision n’a pas réussi à modifier les modalités et l’orientation des relations euro-méditerranéennes. L’UE conserve une vision eurocentrée de l’intégration du pourtour méditerranéen, reposant sur une version «allégé » de la politique d’élargissement. Cependant, cette stratégie n’offre pas une vision réaliste de l’avenir de l’engagement de l’UE. Au contraire, l’Union doit trouver comment concilier sa vision eurocentrée avec la réapparition de tendances panarabes et panislamiques et les perspectives d’émancipation dans les pays ayant fait la révolution.

Pour relever ce défi, Timo Behr appelle à redéfinir les politiques euro-méditerranéennes de l’UE, à partir des fondamentaux de cette relation. Il faudrait commencer par reconnaître l’érosion de la puissance de l’UE et de sa capacité à définir l’orientation du changement politique et économique dans la région. L’auteur conclut en soulignant que les politiques de l’UE doivent intégrer certains éléments et principes de base afin de dépasser la logique centrée sur «l’élargissement allégé».

En savoir plus

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.